Questions/Réponses

La plupart des bracelets connectés actuels (Fitbit, Jawbone…) vous permettent d’enregistrer en continu différents paramètres, de votre fréquence cardiaque à la qualité de votre sommeil, en passant par le nombre de pas réalisés dans une journée. Certains modèles proposent même de suivre votre humeur au fil des jours, ou encore de répertorier les aliments consommés. Mais il ne s’agit pas de dispositifs médicaux. Leur précision peut donc varier d’un modèle à l’autre, voire entre les modèles d’une même marque. Ils ne peuvent donc être utilisés par le médecin pour réaliser un suivi médical. Vous pouvez cependant partager les données recueillies avec votre praticien, si vous le souhaitez. Même si elles n’ont qu’une valeur indicative, elles contribuer à identifier des points à améliorer dans votre hygiène de vie (activité insuffisante, nuits trop courtes…).

La plupart du temps les analyses génétiques prescrites par un médecin ne concernent pas le génome entier, mais des séquences d’intérêt, connues pour être liées à la pathologie ciblée. Des sociétés privées, telles que 23andMe, proposaient aux particuliers des séquençages complets et promettaient d’analyser le risque potentiel pour 240 maladies. Des allégations fausses pour l’autorité de santé américaine (FDA) qui a demandé à la société de limiter ses activités. Elle ne propose donc plus aujourd’hui que des analyses permettant de retracer les origines de vos ancêtres. D’autres sociétés américaines proposent des séquençages complets, mais ils nécessitent une prescription médicale.

Réalisées en dehors de tout cadre médical ce type d’analyses peuvent être source d’anxiété : il est difficile de prendre seul la mesure d’une « prédiction » de risque, par ailleurs très discutable. Il est en effet très difficile d’estimer le risque de développer une maladie telle que le diabète, ou l’hypertension sur la seule base génétique. Les maladies chroniques sont le fruit d’interaction entre les gènes, l’environnement, et le mode de vie.

Actuellement, le séquençage du génome peut permettre une meilleure prise en charge médicale, quand il est réalisé de manière ciblée pour détecter des maladies héréditaires, donc par un spécialiste de génétique médicale.

Techniquement, il est possible de séquencer le génome d’un bébé, et même d’un fœtus. Il existe déjà des tests qui permettent de connaître, avant la naissance, le risque de l’enfant à naître de développer certaines maladies. Ce diagnostic prénatal est cependant restreint à une trentaine de maladies. Par ailleurs, quelques jours après la naissance, un dépistage de 9 maladies est réalisé chez tous les bébés, à partir d’un prélèvement sanguin. Mais aucune analyse génétique n’est menée si l’enfant ne présente pas un problème spécifique. Dans ce cas, un séquençage de gènes d’intérêt peut être demandé. Parfois, un séquençage complet du génome peut être nécessaire face à une maladie rare, pour laquelle le ou les gènes impliqués ne sont pas encore connus.

Posez votre question

Top